Les Archives départementales du Finistère pensent à vous dans ce contexte de crise sanitaire !

Pour vous protéger, prenez de bons remèdes !

Les deux remèdes que nous vous proposons ont été écrits au XVIIIe siècle, mais sont malheureusement de provenance inconnue. On ne sait même pas qui les a écrits. Ils sont conservés sous la cote 1 J 731 et une copie numérique peut être consultée sur ce site.

Le premier remède est une recette pour un élixir de longue vie, le second pour un élixir de santé autrement appelée "drogue amère des Indes orientales". Ce n'est que du naturel ! Il vous faudra trouver de l'aloès succotrin (purgatif), de la zédoaire (qui aide à la digestion, soulage les coliques et purifie le sang), de la gentiane, du safran, de la rhubarbe, de l'agaric blanc (un champignon, toxique utilisé pour ses propriétés astringentes, antisudorales et purgatives), de la thériaque de Venise (contrepoison renommé), du mastic en larmes (résine de l'arbuste Lentisque), de l'encens et de la colophane.

La recette de l'élixir de longue vie présentée ici n'est pas un secret jalousement gardé : on en trouve trace ailleurs. Elle aurait été inventée par le docteur Yernest, un médecin suédois mort à l'âge de 104 ans d'une chute de cheval, et dont l'aïeul était mort à 130 ans, le père à 112 et la mère à 107 ans, en ayant consommé cet élixir quotidiennement (cette histoire est racontée notamment dans le Dictionnaire oeconomique de Chomel, Paris, 1767, P. 885 et dans le Journal encyclopédique dédié à Son Altesse Sérénissime le duc de Bouillon, publié à Bouillon (Belgique) en 1771, tome VI, partie 1, à la page 241.). Une recette de cet élixir, plus complète, est conservée aux Archives de la Savoie sous la cote 45 F 101 (Lien : http://www.cg73.fr/archives73/expo_boire_et_manger/pages/33.htm).

Toutefois, mieux vaut demander conseil à son médecin ou à son pharmacien avant d'ingurgiter ces remèdes ! Les Archives départementales du Finistère ne font pas d'exercice illégal de la médecine !

Peut-être que si Jean Guennec, l'explorateur d'épaves malchanceux dont nous vous narrions la triste destinée dans un précédent article, avait consommé l'élixir de longue vie, il n'aurait pas subi le sort malheureux qui a été le sien...

Voici la transcription du texte (l'orthographie d'origine a été conservée) :
 

Recette pour un elexir de longue vie

Composition

1 once et 1 gros d'aloès socrotin, sucotrin,
1 gros de zedoaire,
1 gros de gentianne,
1 gros du meilleur saffran d'orient,
1 gros rhubarbe fine,
1 gros d'agaric blanc,
1 gros de theriaque de venise

---

Elixir de santé autrement drogue amère des Indes orientales

Prenez une once de mastic en larmes, deux onces du meilleur aloës sucotrin, trois onces d'encens mâle et six onces de colophane ou gomme grecque, pilez ces drogues séparément en sorte que la poudre n'en soit ni trop grosse ni trop menue : mettez toutes les poudres dans un verre gros et fort avec trois pintes de la meilleure eau de vie, il faut laisser au mois trois bons doits [doigts] de vuide [vide] dans le veissaux [c'est-à-dire le verre] et exposez le au soleil pendant quarente a cinquante jours.

0 Commentaires
juil 10, 2020